• Charlotte Lemay

Guide pour limiter la pollution numérique sans effort

Mis à jour : janv. 25

Envoyer un e-mail ou faire une recherche internet, ces gestes sont devenus tellement courants qu'on en oublie leur impact écologique !

En 2040 en France, le numérique pourrait émettre plus de gaz à effet de serre (GES) que le transport aérien [1]. Il représente aujourd'hui 4% des émissions mondiales de GES. Ce chiffre ne va faire qu'augmenter.



Voici mon guide pour vous aider à réduire cet impact numérique :


Vie et mort de vos appareils électroniques


Achetez autant que possible du reconditionné. La fiabilité des produits est classée par lettres, la lettre A+ signifie que le produit est très fiable et proche du neuf. Les produits A+ sont vendus jusqu'à la moitié du prix du produit neuf. Le site Backmarket est le supermarché du reconditionné et offre un large choix de produits.


Autres acteurs : Remade, Recommerce, Label Emmaüs

Émission des gaz à effet de serre de la fabrication à l'utilisation des appareils électroniques


Combattre l'obsolescence programmée en prenant soin de vos appareils vous permettra de les garder plus longtemps (jusqu'à 5 ans pour votre téléphone et 7 ans pour votre ordinateur [2]) :


Étape 1 : protéger ses appareils ! mon choix c'est Pela case pour le téléphone, des protections sans plastique et compostables. Pour l'ordi, gros coup de cœur pour la pochette brodée à la main Rive droite x CSAO.


Étape 2 : Pensez aussi à faire du tri dans vos données, une surcharge de données ou trop d'applis ouvertes et l'appareil peut vite se retrouver en surchauffe.



Pensez à recycler votre matériel, tablettes, ordinateurs ou téléphones, vous pouvez donner les composants à une association qui se chargera de leur donner une seconde vie.


L'association Ecosystem permet de donner une nouvelle chance aux produits et aux hommes par le réemploi et la réutilisation via l’économie sociale et solidaire.




Une navigation internet plus clean


Une requête sur un moteur de recherche c’est, "une ampoule basse consommation allumée pendant 1 heure” [3]. Utilisez un moteur de recherche écolo, une bonne solution est le navigateur solidaire : Ecosia.

Les promesses d'Ecosia



Faites héberger votre site internet sur des serveurs consommant moins d’énergie que les autres. Je vous conseille vivement Greengeeks : plus de 10 ans d'expérience dans l'hébergement Web, seulement 2,90€/ mois, une rapidité optimale des serveurs sur les territoires Américain et Européen, permet de choisir l’endroit où il hébergera notre site Web parmi ses différents centres de données. Pour couronner le tout, GreenGeeks fait appel à des énergies réutilisables. L'hébergeur effectue un achat de 3x plus de certificats d’énergie renouvelable par rapport aux services qu’il fournit. Il ne fait donc jamais appel à des énergies nouvelles et limite également considérablement son émission carbone.



Une bonne gestion des e-mails

Un e-mail standard génère environ 4g de CO2 et 6g de pétrole ; avec une pièce jointe volumineuse, il produit jusqu'à 50g de CO2. Voici des astuces simples pour vous aider à limiter cet impact :


Utiliser une boite mail engagée : Ecomail en est le parfait exemple. Un service de messagerie financé par les utilisateurs (12€/an) : 50% des recettes sont reversées à des associations environnementales. Le but est aussi de sensibiliser les utilisateurs à la pollution engendrée par leurs mails en leur fournissant différentes astuces et informations. Votre boîte mail sera hébergée dans votre pays, afin d'éviter les "routes numériques" qui consomment de l'énergie et des matériaux rares.


Pourquoi payer quand toutes les autres boites de messagerie sont gratuites ? Ecomail ne fonctionne pas grâce à la pub, les autres fournisseurs vous font payer indirectement en vous soumettant à des sollicitations publicitaires constantes. Pas de publicité, pas d'utilisation des données personnelles.


12 euros TTC /an = 2€ de TVA reversés à l’état + 5€ finançant le fonctionnement du service (location des serveurs, gestion du support technique, etc.) + 5€ reversés aux associations.



Évitez les pièces jointes lourdes à plusieurs destinataires, la meilleure solution reste de stocker vos documents sur un serveur et de partager le lien, comme le permet la plateforme Wetransfer. D'ailleurs, une bonne alternative responsable est Smash, une start-up française qui permet de réaliser des transferts de fichiers gratuitement et sans limite de taille ! Les fichiers sont conservés sur le serveur 14 jours. Pour limiter les émissions de gaz à effet de serre, Smash héberge ses fichiers dans le pays où se trouve l’utilisateur.


Faites du tri dans votre boite mail car le stockage est très énergivore ! Si vous ne supprimez pas vos mails, ils sont stockés sur les disques durs de votre fournisseur, l’obligeant à ajouter des nouveaux disques à son infrastructure. Chaque disque consomme de l’énergie et nécessite des matières rares pour être créé.


Pour vous aider dans cette tâche je vous recommande Cleanfox. Cleanfox est une application française, qui vous aide à nettoyer votre boite mail pour la rendre éco-responsable !


Installez un anti-spam.


Désabonnez vous des newsletters que vous ne lisez pas ou peu.



Applis cools et responsables


Forest : Faire pousser des arbres tout en étant en détox digitale. L'appli qui fait respirer notre cerveau et la planète en même temps, dispo sur ordi et smartphone.



Tab suspender : Si comme moi vous n'arrivez pas à limiter le nombre d'onglets ouverts, l'extension The tab suspender sur Firefox permet de mettre en veille les onglets non utilisés.


Cleanfox : Saviez vous qu’un mail stocké génère 10 grammes de CO2 par an, autant qu’un sachet plastique ?

Cleanfox est une application gratuite qui fait le tri dans vos newsletters. Pour chaque personne parrainée sur Cleanfox, un arbre est planté en Zambie. L’application s’y est engagée en nouant un partenariat avec WeForest. Plantons une forêt ensemble ! :-)


Mon code parrain : 436801F740



Conseils au quotidien sur l'utilisation du smartphone


Durée d'utilisation moyenne d'un smartphone = 2 ans.

88% des consommateurs français changent de téléphone alors qu'il fonctionne encore, selon Samuel Sauvage (président de l'asso Halte à l'obsolescence programmée) [4].


  • Mettre en mode économie d'énergie dès que possible, en moyenne 35 applications tournent en permanence sur notre mobile

  • Privilégier le wifi à l'utilisation de la 3, 4 ou 5G. Le réseau mobile consommerait entre 5 et 25 fois plus que le wifi

  • Penser à couper la géolocalisation qui engendre un transfert de données

  • Bloquer les notifications qui ne sont pas utiles et pourtant énergivores

  • Limiter l'utilisation du Cloud au strict nécessaire est un point que l'on oublie souvent. À chaque stockage, à chaque consultation sur le Cloud, les données voyagent et font des allers-retours entre les utilisateurs et les serveurs.



Conseils généraux sur l'utilisation de votre ordinateur


  • Configurer un écran de veille : l’écran, c’est 20 à 30 % de la consommation énergétique d’un ordinateur

  • Au lieu de taper la recherche dans Google, mettre en favori les sites internet ou taper directement l'adresse URL (cela diviserait par 4 les émissions de GAS).



TOP 4 des habitudes qui ont le plus d'impact [5] :

Aïe... Voici les 4 actions que nous faisons quotidiennement et qui sont les plus polluantes, dans l'ordre :

  1. Regarder des vidéos en streaming : les vidéos en streaming c’est ce qui consomme le plus d’énergie et pollue le plus (80% des données du web) ! Netflix, Amazon prime, Pornhub et... les réseaux sociaux !

  2. L'utilisation des réseaux sociaux : Chaque jour, dans le monde 350 millions de photos sont partagées. Chaque jour, plus de 500 millions de comptes utilisent les stories Instagram. Chaque jour, les utilisateurs de Tiktok français passent en moyenne 42 mins sur l'application. Chaque jour, 8 milliards de vidéos Facebook sont vues sur Facebook... Ça donne le tournis, non ? Temps passé sur les réseaux sociaux en 2020 : 3h50 aux Philippines, 3h38 au Brésil, 2h08 aux États-Unis, 1h36 en France. La moyenne globale est de 2h22 !

  3. L'envoi d'e-mails : 293 milliards d'e-mails envoyés par jour dans le monde, dont 1,4 milliard en France.

  4. Les moteurs de recherche : un internaute français effectue en moyenne 134 requêtes par mois.


Et bien sûr, quel que soit l'appareil que vous utilisez, pensez à l'éteindre, le débrancher ou le mettre en veille quand vous ne l'utilisez pas.


Ce qui est bien, vous l'aurez remarqué, c'est que souvent, tout ce qui est bon pour réduire la pollution numérique l'est aussi pour notre bien-être mental et nos économies.


J'espère que cet article vous aura aidé. Je vous partage juste en dessous les articles et podcasts pour approfondir le sujet.


Podcasts cools sur ce sujet :

  • Les couilles sur la table, "Des ordis, des souris et des hommes"

  • Basilic, "Au secours je ne suis pas écolo : le numérique"




[1] https://www.usinenouvelle.com/editorial/en-2040-en-france-le-numerique-pourrait-emettre-plus-de-gaz-a-effet-de-serre-que-le-transport-aerien.N978986

[2] https://story.backmarket.fr/6-incantations-vaudou-pour-garder-son-ordinateur-portable-longtemps/6719/#utm_source=blog&utm_medium=terre&utm_campaign=gardertelephone

[3] https://information.tv5monde.com/info/pollution-numerique-comment-reduire-ses-effets-au-quotidien-279020

[4] WE DEMAIN, Comment décarboner votre smartphone, janvier 2020

[5] https://www.qqf.fr/infographie/69/pollution-numerique-du-clic-au-declic

Posts récents

Voir tout